• Christel Engström

Répartition d'une vente d'album - Quelle rémunération pour l'artiste ?


Tandis que les chiffres de ventes sont systématiquement relayés après une sortie d’album, il existe peu d'informations sur la répartition des gains issus du projet musical.

Quelle part touche l'artiste ? A quelle hauteur sont rémunérés les différents acteurs de l'album ?

Existe-t-il une différence entre la distribution physique et digitale ?

Vous trouverez toutes les réponses relatives à la répartition des gains issus des ventes et écoutes d'un projet musical dans cet article.


Si les artistes peuvent désormais se passer de label, comme le prouve la récente tendance à l’auto production, il existe des acteurs indispensables aux artistes dans l’industrie musicale.

Chacun d’entre eux intervient dans le processus global, que cela soit en amont avec la mise à disposition de subventions, ou bien en aval à travers la distribution. Chaque intervenant va donc naturellement réclamer une part du butin.

Une fois un projet musical disponible en ligne et en magasin, que reste-il donc à l’artiste ?


Estimons qu’un disque soit commercialisé à 15€ toutes charges comprises. Le premier acteur réclamant son dû se trouve être l’Etat, avec une déduction de 20% de TVA. Cela représente ainsi 3€ pour un disque vendu à 15€ TTC.

1- La SACEM

Sur les 12€ restants, la SACEM, la Société des Auteurs, Compositeurs et Éditeurs de Musique, récupère un pourcentage de 8,7%. Ce pourcentage est prélevé dans le but de rémunérer les compositeurs, auteurs et éditeurs français (Voir article sur les sociétés de gestion de droits d'auteur). Cette organisation propose aussi un soutien à la création, avec la possibilité de mettre en place des aides pour certains projets.


capture d'écran issu du site de la SACEM

2 - Le Distributeur

Par la suite, l’artiste se doit de faire distribuer son album afin qu'il soit disponible partout. Pour cela, il peut choisir de le commercialiser seulement en magasin, ou bien également en version digitale, par le biais d’un agrégateur sur internet.

Il existe plusieurs sociétés françaises spécialisées dans la distribution numérique comme Idol ou le leader européen : Believe Digital. Les artistes peuvent aussi faire le choix de se tourner vers un agrégateur : un distributeur dématérialisé plus accessible, comme Spinnup ou TuneCore (Voir article comparatif sur les différents agrégateurs).

De manière générale, sur un simple contrat de distribution, un distributeur va récupérer 23% sur les ventes physiques et environ 20% pour le digital. Bien sûr, chaque contrat est unique, et comme souvent, les taux peuvent être négociés selon la popularité et la force commerciale de l’artiste.

3 - Le Label & l'Artiste

Enfin, après déduction des parts relatives à l'Etat, à la SACEM ainsi qu'au distributeur, il reste en moyenne un peu moins de 50% des recettes issues des ventes, soit 7€20 dans notre cas. Si l'artiste en question est signé au sein d'un label, c'est cette structure qui va récupérer le reste des revenus.

En règle générale, l'artiste est rémunéré pour les ventes de son projet à hauteur de 10% de la part reçue par le label ou le producteur. Dans notre cas, l'artiste va ainsi toucher un peu plus de 4% des ventes globales, soit 72 centimes par album vendu.


Répartition des revenus d'un abonnement streaming

Cette rémunération s'explique par la prise de risque financière du développement de projet de l'artiste, mais aussi par toutes les charges du label relatives à l'album, comme les heures d'enregistrement studio ou les différents cachets versés à l'artiste.

Enfin, le contrat avec le producteur est bien évidemment négociable. Le taux de 10% offert par le label engendrant une rémunération pour l'artiste estimée à 1€ par album vendu reste une moyenne.

Dans le cas ou l'artiste s'est auto-produit sans passer par une structure phonographique, il peut alors bénéficier de davantage de revenus, soit la moitié des recettes. Cependant, les moyens mis à disposition pour le développement ainsi que la promotion de son album ne seront peut être pas aussi importants, et cela pourrait se faire ressentir sur les recettes de vente...

Pour plus d'informations sur les acteurs de l'industrie musicale, retrouvez aussi notre article "Qu'est-ce qu'un tourneur/booker et comment en trouver un ?"

Sources :

SNEP

SACEM

#répartition #partage #rémunération #album #artiste #ventes #streaming #cdbaby

logo%252520CMC%252520STUDIO_edited_edite

31 rue Nungesser et Coli, 92310 Sevres |

Copyright © 2016 CMC Studio | Paris |  Studio d'enregistrement | Création Musicale & Communication |         |